Sondages de l’Elysee. Nicolas Sarkozy oppose le silence aux questions du tribunal

By April 28, 2022twoo gratuit

Sondages de l’Elysee. Nicolas Sarkozy oppose le silence aux questions du tribunal

D’anciens membres du cabinet de Nicolas Sarkozy comparaissent jusqu’au 12 novembre devant le tribunal correctionnel Afin de des enquetes d’opinion commandees sans appel d’offres durant sa presidence. Entendu ce mardi comme temoin, l’ex-chef de l’Etat, couvert via son immunite presidentielle, a oppose le silence aux questions du tribunal, invoquant la « separation des pouvoirs ». Il a quitte Notre salle d’audience moins d’une heure apres le datingmentor.org/fr/twoo-review arrivee.

Chaque semaine, retrouvez toute l’actualite politique ainsi que l’election presidentielle

Votre e-mail reste collecte via le Groupe SIPA Ouest-France Afin de recevoir les actualites. En savoir plus.

Une « decision tout a fait anticonstitutionnelle » et » totalement disproportionnee. » Nicolas Sarkozy a denonce le choix du tribunal correctionnel de « lancer 1 mandat concernant le contraindre a venir temoigner » au proces des sondages de l’Elysee, pour lequel cinq anciens membres de le cabinet seront juges, en particulier Afin de favoritisme et detournement de fonds publics.

L’ancien chef de l’Etat, cite tel temoin par l’association de lutte contre la corruption Anticor, avait informe le tribunal, avant l’ouverture du proces, qu’il n’entendait nullement y venir. La 32 e chambre correctionnelle a enfin ordonne son audition votre jeudi. Nicolas Sarkozy a quitte J’ai salle d’audience, vers 14 h 30, moins d’une heure apres le arrivee.

« Separation des pouvoirs »

L’ex-president a d’abord rappele dans un propos liminaire, « l’immunite definitive prevue par la constitution » au sujet des « seuls actes de la fonction de president d’une Republique ». Soulignant qu’elle n’etait « pas celle de Nicolas Sarkozy, de Francois Hollande ou Emmanuel Macron ». Mais « une prescription qui protege la fonction et non pas le webmaster. »

Il affirme aussi que « le president lui-meme ne est en mesure de jamais y renoncer », en expliquant que « la separation des pouvoirs, principe essentiel de la democratie, n’est jamais a geometrie variable Je n’ai nullement a rendre compte de l’organisation du cabinet ou une facon dont j’ai exerce mon mandat ».

Cela refuse de repondre a toutes les questions

Cela a refuse ensuite de repondre a toutes les questions du president, qui les a neanmoins egrenees une a une : une trentaine au total. Debout a J’ai barre, mains jointes devant lui, l’ex-chef de l’Etat les a ecoutees, marquant d’abord sa surprise en repetant au president qu’il ne repondrait jamais : « N’y voyez ni rebellion, ni manque de respect, mais une obligation constitutionnelle . Vous considerez comme normal qu’un president en Republique vienne s’expliquer sur la composition de son cabinet », releve-t-il bien. « Mais je le repete, votre n’est pas un panel, mais un devoir. »

Affaire declenchee en 2009

L’affaire des sondages avait ete declenchee en 2009 par la diffusion d’un rapport d’la Cour des comptes, epinglant les commandes de sondages par le « Chateau ». Et amene l’association de lutte contre votre corruption Anticor a porter plainte. L’Elysee avait paye pour un total de 7,5 millions d’euros des enquetes d’opinion. Leur nombre et leur contenu ne font jamais l’objet de poursuites au proces, qui examine la facon dont ils ont ete conclus : « sans appels d’offres ni publicite », suivant le sol national financier.

D’anciens amis de l’ex-chef de l’Etat, dont l’ex-conseiller venu de l’extreme droite Patrick Buisson, le secretaire general d’alors Claude Gueant et Notre directrice de cabinet Emmanuelle Mignon, le conseiller technique d’opinion Julien Vaulpre et le politiste Pierre Giacometti sont juges de le 18 octobre.

Depuis l’ouverture de l’audience, les prevenus, ont fera valoir que pas, depuis 1958, l’Elysee n’avait souscrit aux regles de la commande publique. Regle qui avaient justement commence a s’appliquer a partir du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Ils ont aussi affirme qu’une mise en concurrence aurait ete impossible dans la mesure ou les conseillers avaient ete « choisis » et les contrats signes « concernant instruction » du president.

Leave a Reply